CBD, est-ce addictif ?

Encore appelé « cannabidiol », le CBD se révèle comme étant l’un des nombreux cannabinoïdes que contient le cannabis. Ce dernier est beaucoup plus connu sous le nom de « chanvre » et a la réputation d’avoir de fortes sensations susceptibles de créer une certaine dépendance chez les consommateurs. Faut-il donc en déduire que le CBD est addictif ? Eléments de réponses dans cet article.

Est-il possible de devenir dépendant du CBD ?

Le CBD n’est pas censé rendre euphorique et n’est donc pas en mesure de rendre dépendante une personne. En réalité, cette molécule n’engendre pas une sensation planante chez ses consommateurs.

Lire également : L’eau distillée est-elle bonne pour la santé ?

Il a d’ailleurs été prouvé que le CBD n’a pas d’effet manifeste sur les concentrations en dopamine, ce qui justifie l’absence de risque de dépendance. Au contraire, il peut être d’une utilité particulière dans le combat contre les addictions. Le CBD présenterait, en réalité, un potentiel anti-craving. Cela veut dire qu’il pourrait être en mesure de restreindre les symptômes de manque (diarrhée, sensibilité à la lumière, tremblements, vomissements et nausées, hyperthermie, hallucinations).

Le CBD permettrait, de façon simple, de réduire l’envie de prendre des substances addictives (alcool, tabac) et de restreindre tout risque de rechute. Les spécialistes ont d’ailleurs démontré que la prise de cannabidiol par cigarette électronique, vaporisation ou par voie sublinguale aide à diminuer la dépendance au THC (molécule principale du cannabis). Ces experts ont, en effet, fait savoir que la prise quotidienne d’une substance extraite de la fleur de cannabidiol est absolument adéquate dans la lutte contre toutes les addictions liées aux stupéfiants.

Lire également : Comment faire de l'huile d'immortelle corse ?

L’inaction du cannabidiol sur l’accoutumance est d’ailleurs la raison pour laquelle il est autorisé sur le territoire français. Le risque d’addiction est presque nul. Il en est de même en ce qui concerne les effets néfastes sur la santé. Il n’existe d’ailleurs dans la presse aucune histoire d’horreur au sujet de consommateurs éventuels qui seraient devenus dépendants du CBD.

Addiction au CBD : qu’en dit l’OMS ?

La réponse est bien simple quand on fait recours à l’OMS (Organisation mondiale de la santé). En se référant aux études faites, il n’existe aucune preuve d’un éventuel abus ou dépendance relatifs au CBD. De façon plus spécifique, l’OMS énumère un ensemble d’études au niveau desquelles les sujets n’ont montré aucun effet psychoactif ou physiologique.

En réalité, il n’existe, à ce jour, aucune étude humaine qui s’est faite sur la thématique de la dépendance psychologique ou physique au CBD et qui révèle des risques d’addiction. Ce n’est pourtant pas une raison pour abuser de cette molécule appartenant à la famille des cannabinoïdes.

Les experts ont fait savoir que certaines personnes pourraient sentir un manque s’ils arrêtent brusquement la prise de cannabidiol. Cependant, cela ne ressemblera pas au manque que font subir la marijuana et la nicotine (substances réputées pour leurs effets addictifs). En définitive, pour éviter de trop s’habituer à la consommation du CBD, il est surtout recommandé de varier sa prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *