morceaux de champignons Chaga

Tous les bienfaits du Chaga, champignon de Sibérie

Le marché du chaga est pris d’assaut ces dernières années pour soigner divers problèmes de santé. Car derrière cette curiosité végétale à l’allure de bois brûlé, se cachent de nombreuses vertus médicinales. Le champignon millénaire qui appartient à la famille des Hyménochétacées regroupe en effet une centaine de propriétés curatives exceptionnelles ! Explications.

Qu’est-ce que le chaga ou Inonotus obliquus ?

Dès qu’on parle de santé, le chaga est considéré comme un allié de taille, et ce, dans quasiment toutes les traditions culturelles. De son nom scientifique Inonotus obliquus, le chaga est un champignon à l’aspect revêche et peu séduisant, polypore parasitaire, noir à l’extérieur et orangé à l’intérieur.

A découvrir également : Qu’est-ce que le CBD ?

Il pousse sur des blessures ouvertes des arbres, principalement les bouleaux. Dépourvu de chlorophylle comme tout champignon, le chaga tire ses substances nutritives du tronc d’arbre avec lequel il est en contact. Cependant, il évolue en parfaite symbiose avec son hôte, lui apportant réserve de nutriments et protection durant l’hiver.

La liste des propriétés médicinales du chaga est longue. Il a une forte teneur en antioxydants et reste un adaptogène du système immunitaire. Il atténue également les allergies et le stress. Le chaga est aussi un excellent anti-inflammatoire naturel, particulièrement efficace pour soulager les douleurs articulaires.

A lire également : Bien-être : comment bien réussir votre cure de jus détox bio ?

Origine du Chaga

Selon la tradition, le chaga est déjà utilisé en chine et dans les steppes de la Sibérie au Ier siècle av. J-C, pour traiter la tuberculose et les problèmes de l’estomac. C’est en effet à cette époque qu’on retrouve les premiers écrits sur le « diamant de la forêt » ou le « champignon de l’immortalité » comme il est surnommé parce qu’il redonne vigueur et croissance à son arbre hôte.

Il est alors consommé sous forme de poudre. Le chaga prise les températures négatives. Par conséquent, il est introduit en Alaska, au nord du Canada et aux Amériques. Il pousse également dans les forêts de Normandie.

L’encyclopédie de la santé naturelle Doctonat vous propose plus d’informations pratiques sur le chaga et d’autres médecines complémentaires.

Comment consommer le chaga ?

Remède paysan au cours des siècles, les copeaux du chaga ont longtemps été consommés en décoction, macérés dans de l’eau chaude. Aujourd’hui, les comprimés et les gélules de chaga constituent le mode de consommation le plus répandu.

Il existe également du chaga en poudre qui n’est rien d’autre que le végétal séché et réduit en poudre. Il se consomme en infusion à une température de 60°C afin de préserver ses propriétés nutritives. La poudre de chaga peut être aussi diluée dans une boisson (jus, lait…) ou intégrée dans quelques préparations culinaires(desserts, soupes…).

Le chaga en teinture-mère a l’avantage de conserver tous les nutriments du champignon. Il est obtenu par un processus d’extraction hydroalcoolique très concentré en actifs, contenant un taux élevé d’alcool. Cette forme est déconseillée aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de diverses pathologies. Elle se dilue dans de l’eau ou dans un jus de fruits.

Posologie du chaga

Les prises du chaga doivent s’étaler sur la journée, en cure de 2 semaines.
1 cuillère à café de la poudre dans 250 ml d’eau chaude est suffisante pour vous requinquer ;
En comprimés ou en gélules, la dose par jour est de 3 capsules de 300 mg ;
En teinture-mère, il faut respecter 15 gouttes 3 fois par jour.

Contre-indications et effets secondaires

À des doses élevées, le chaga peut présenter des effets secondaires et s’avérer toxique pour les reins. Les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les enfants doivent éviter d’en prendre.

Le chaga est contre-indiqué pour les personnes allergiques à l’arbre de bouleau de même qu’aux sujets souffrant des troubles de coagulation.

La prise du Chaga abaisse le taux de sucre dans le sang. Si vous souffrez du diabète de type 1 ou d’hypoglycémie, évitez au maximum son utilisation. Gardez aussi à l’esprit que le Chaga peut interférer avec vos traitements médicamenteux. Dans tous les cas, il est important de demander l’avis de votre médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *